L’impact environnemental des emballages, une préoccupation majeure

emballage

Un emballage a plusieurs fonctions fondamentales : emballer le produit, renseigner l’utilisateur, promouvoir la marque, etc. Il intègre les modes de consommation. Cependant, il est impératif pour les entreprises de porter une réflexion sur leurs stratégies d’emballage afin de s’adapter aux nouveaux défis climatiques. Par ailleurs, les emballages présentent un important bilan carbone sur l’environnement. Leur fabrication, leur poids et leur durée de vie ont un impact direct sur la planète.

Le bilan carbone des emballages est une préoccupation mondiale

Les emballages ont une incidence environnementale directe sur les animaux, les plantes, l’atmosphère et les humains. Selon une étude, au-delà de cinq milliards de déchets plastiques se sont accumulés dans les océans. Cela décrit une superficie totale supérieure à six fois la taille de la France. Des efforts ont été réalisés autour du plastique non recyclable, notamment en raison des nouvelles lois et réglementations qui ont été élaborées pour interdire son utilisation. Mais l’industrie mondiale de l’emballage continue de poser un problème environnemental. Les emballages émettent du dioxyde de carbone à chaque stade, du prélèvement des matières premières au terme de sa vie. La question de réduire l’impact en CO2 des emballages devient toujours plus importante pour les autorités, les organisations et les consommateurs. Même si les entreprises peuvent à peine s’en passer, elles doivent prendre des précautions pour diminuer l’impact environnemental des emballages.

L’empreinte carbone du carton est moins importante, mais pas neutre

Les emballages constituent une source majeure de contamination. Certaines matières, telles que les plastiques non recyclables, génèrent davantage des propagations de gaz à effet de serre. Choisir des emballages éco-responsables est une étape importante dans la réduction de l’impact des emballages sur l’environnement. Le carton est une excellente solution pour substituer les emballages plastiques qui ne peuvent pas être recyclés. En plus d’être recyclable, il pollue moins. Il s’agit ainsi d’une alternative durable. Toutefois, l’empreinte carbone du carton n’est pas entièrement neutre. À titre d’illustration, 964 kg d’équivalent de dioxyde de carbone par tonne d’emballages en carton sont produits. Environ 13 % des résidus de carton partent en décharge. Ainsi, ils ne feront pas l’objet du recyclage. En dépit de cette circonstance, le carton reste une alternative plus durable aux emballages qui ne sont utilisés qu’une seule fois. En fait, opter pour un emballage en carton permet de réduire considérablement le bilan carbone d’une entreprise. Néanmoins, il convient de noter que le recyclage connaît des limites.

Le recyclage des emballages a ses limites

Tout d’abord, tous les déchets ne sont pas collectés, seul un tiers est cueilli par les professionnels du recyclage lorsque la méthode de collecte par sélection et de tri est effectuée. De ce fait, deux tiers des déchets ne peuvent pas être collectés ou finissent enterrés ou incinérés. La deuxième limite du recyclage est que différents types d’emballages sont utilisés chaque jour, dont la structure et les proportions varient. Si l’un des composants de l’objet ne peut pas être recyclé, cet emballage sera alors enfoui ou incinéré. Si tous les matériaux d’un même objet sont recyclables, le rendement financier du recyclage de chaque matériau entre en jeu. En outre, le processus ne récupère pas forcément assez de matière du composant en vue de couvrir les coûts de collecte, d’acheminement, de tri et d’élimination. Un recyclage efficace requiert des infrastructures étendues et efficaces ainsi que des systèmes de collecte performante, ce qui n’est pas le cas dans la plupart des pays. Entre autres, dans le cadre de recyclage des emballages durables en 2018, la France est classée à l’avant-dernier rang des 28 États membres de l’Union Européenne. Enfin, le recyclage nécessite des ressources précieuses comme le temps, l’énergie et l’eau, ce qui signifie que le procédé n’est pas gratuit ou n’a pas d’impact environnemental.

Réduire le CO2 de vos voyages : des petits gestes pour sauver la planète !
Opter pour du tissu écologique